MENU

FR

log Contact
02 45 34 01 41
Lundi au vendredi
9h à 19h30

L’adoption par paire

Le manque de moyens, l’espace disponible, la peur de l’engagement sont aujourd’hui des raisons qui justifient que les foyers n’adoptent généralement qu’un seul animal.

Ces adoptions concernent toutes les espèces que l’on peut domestiquer et peuvent parfois être problématiques en fonction de l’animal adopté. En effet, l’animal sera souvent très jeune au moment de l’adoption et n’aura pas fini d’exprimer ses comportements sociaux, pourtant très importants pour sa santé et son bien-être.

De même, certaines espèces ont besoin d’être avec des congénères pour ne pas être victimes de troubles mentaux et de pathologies qui peuvent en découler. Il est ainsi primordial de bien connaître la structure sociale de l’espèce (ou de la race) que l’on s’apprête à adopter pour ne pas nuire sans le vouloir à notre nouveau compagnon.

Mais alors, dans quel cas doit-on envisager l’adoption par paire ?

Chez les chiens et les chats, l’adoption par paire n’est pas une nécessité. On entend par nécessité l’absence de troubles causés par le manque d’un congénère. En effet, ceux-ci ont été domestiqués depuis de longues années :

  • 15 000 ans pour le chat
  • 30 000 ans pour le chien

La domestication a entraîné des modifications génétiques, physiques et comportementales vers des relations d’ententes avec l’Homme. On comprend assez vite, en observant l’Histoire et les mœurs actuelles, qu’un chien arrive bien à vivre seul lorsqu’il est en contact avec des humains.

Bien que non nécessaire, l’adoption par paire est intéressante. Elle permet de satisfaire et de stimuler les besoins sociaux de votre chien ou de votre chat avec un congénère qu’il apprécie.


Ces animaux ont besoin de contact et de relations et expriment donc des comportements sociaux entre eux. Leur en priver n’a pas d’impact direct sur leur santé (éventuellement indirect, mais rien n’a été prouvé), mais cela ne signifie pour autant pas qu’ils ne sont pas bénéfiques pour leur bien-être.

Avoir un congénère c’est avoir un compagnon de vie, de jeux, de toilettage, etc… Évidemment cela ne palie pas la négligence de certains propriétaires sur l’attention qu’ils portent à leurs animaux, mais être plusieurs congénères permet d’exprimer au mieux les comportements naturels.

Pour que leur relation fonctionne, les prendre jeunes et du même âge permet de faciliter l’entente. C’est très important qu’ils s’apprécient, et ce n’est pas toujours facile entre les chiens et les chats ; c’est pourquoi il est conseillé de prendre des animaux de la même fratrie.

Il est évident qu’il existe de nombreuses exceptions, et ce n’est pas parce que vous prenez deux chats ou deux chiens de la même fratrie qu’ils vont obligatoirement s’entendre. Ces conseils permettent d’augmenter la probabilité qu’ils s’acceptent et qu’ils deviennent compagnons.

Quand on pense à avoir deux compagnons, on pense intuitivement à une multiplication par deux du temps et de l’argent nécessaire à leur domestication. Or, il n’en est rien. Certes, la quantité de nourriture est multipliée par deux, mais acheter en plus grande quantité permet de faire des économies.

On observe une réduction de 20% lorsque l’on double les quantités. Ainsi, il faut s’attendre à multiplier par 1.80 le prix pour la nourriture lorsque l’on prend un autre compagnon (du même poids et avec la même consommation alimentaire évidemment).

La présence d’un ami pour votre compagnon va lui permettre de jouer et de s’occuper plus amplement que s’il vivait seul. Cette dépense quotidienne en jeu, en toilettage, etc… rendra vos animaux plus heureux, et vous permettra de leur allouer moins de temps (lors d’une grosse journée de travail par exemple). Le plaisir de leur présence ne sera qu’accru : bénéfique pour vous et surtout pour vos animaux !

Ainsi, l’adoption par paire peut se résumer à une augmentation du budget mais plus légère que prévue et une augmentation du bien-être fortement accrue !

Les animaux domestiques et leurs caractéristiques

Dans les foyers français, de nombreuses autres espèces sont domestiquées : lapins, furets, cochons d’Inde, tortues, serpents, oiseaux, c’est-à-dire les nouveaux animaux de compagnies (NAC). Pour ces animaux-là, on considèrera que toute adoption par paire se fera avec un congénère du même âge, si possible de la même famille et castré.

  • Lapins : Ce sont des animaux très sociables, qui n’aiment pas la solitude. Si l’animal est constamment en contact avec la famille dans laquelle il est, l’adoption par paire n’est pas nécessaire, mais elle peut être enrichissante pour son bien-être.
  • Furets : Les furets sont des animaux très sociables, et très actifs. Ils ont énormément besoin de se dépenser, notamment en jouant. Un deuxième furet (s’il y a une bonne entente évidemment), permettra de stimuler l’expression des comportements et d’améliorer le bien-être de votre animal.
  • Cochons d’Inde : Il est très important d’avoir plusieurs cochons d’Indes ! Certains pays ont même interdit la domestication d’un seul individu (Suède, Suisse). C’est l’animal domestique qui a le plus besoin d’interactions sociales avec ses congénères. Il est par contre important de séparer les sexes ou de les castrer.
  • Tortues : Les tortues ne sont pas des animaux exprimant beaucoup de comportements sociaux. L’adoption par paire peut être intéressante pour leur bien-être mais n’est pas réellement nécessaire.
  • Serpents : On parle ici des serpents les plus domestiqués (serpent des blés, python royal, multiples couleuvres). Globalement, les serpents sont solitaires et n’expriment que très peu de comportements sociaux (sauf les couleuvres). Ainsi, l’adoption par paire est généralement une mauvaise idée car elle déclenchera des comportements sociaux négatifs.
  • Oiseaux : On parle ici des pinsons, perruches, perroquets et moineaux domestiques. Globalement, c’est assez rare de n’avoir qu’un seul oiseau chez soi et cette habitude se justifie très bien étant donné que ces oiseaux sont très sociables et souffrent de la solitude ! Il est possible d’introduire un nouveau congénère de la même espèce en suivant les différentes étapes d’introduction.

On peut récapituler ces informations dans le tableau suivant :

Ainsi, il est important de bien se renseigner sur les besoins de ses futurs compagnons, pour pouvoir, tout en les domestiquant, leur offrir le meilleur cadre de vie possible. L’absence de liens sociaux peut être source de souffrance pour bons nombres d’animaux de compagnie. A ne pas négliger donc !

Vous souhaitez le meilleur pour votre animal ? Pensez à lui souscrire une assurance ! Animaux Santé est une assurance pour chiens et chats, tous risques et sans franchise, avec des formules adaptées à chaque besoin.

Tom ANGELO – École Nationale Vétérinaire d’Alfort (EnvA)

Assurance chat Je Découvre

Assurance chat

Assurance chien Je Découvre

Assurance chien